Portes ouvertes

 
Juan Mayr Maldonado
appelle à un débat approfondi, qui s’engage sur l’avenir de la planète

La Colombie est fière d’ouvrir les portes de Cartagena au Forum ministériel mondial sur l’environnement et à la Septième session extraordinaire du Conseil d’administration du PNUE. Notre pays possède une diversité biologique extraordinaire et ces rencontres seront à nouveau pour nous l’occasion de témoigner de notre engagement total envers le développement durable.

La Colombie assume ses responsabilités vis-à-vis de l’environnement grâce à une plate- forme constitutionnelle qui établit plus de 80 droits et obligations collectifs envers notre patrimoine naturel, et grâce à la consolidation d’un Système environnemental national. Ces initiatives font désormais figure d’exemple institutionnel de pointe en Amérique latine – guidées comme elles le sont par des politiques sociales participatives propres à assurer son bien-fondé, son harmonie et son efficacité.

L’extraordinaire diversité naturelle et culturelle de la Colombie permettra à tous nos hôtes distingués d’apprécier un monde de contrastes. Nos visiteurs auront l’occasion d’admirer la beauté impressionnante de sommets enneigés, les hautes terres des Andes, silencieuses et uniques, les forêts tropicales humides et les forêts de nuages, les vastes déserts, les terres humides et les vallées andines. j’espère que les mystères de la forêt amazonienne ou la riche côte du Pacifique seront des destinations incontournables pour ceux qui ont consacré leur vie à la gestion de notre environnement.

Engagements renouvelés
Parallèlement à la possibilité de découvrir ces immenses richesses naturelles, la réunion de Cartagena sera l’occasion pour les dirigeants environnementaux de revoir et renouveler leurs engagements vis-à-vis du développement durable, d’établir des lignes directrices précises pour la gestion environnementale mondiale et de définir les autres questions prioritaires à débattre lors du Sommet mondial sur le développement durable en 2002.

Aujourd’hui, nous nous trouvons confrontés à de grands défis à tous les niveaux – mondial, régional, national et local. Ils diffèrent de ceux que nous avons connus au cours des décennies précédentes et il faut donc les aborder avec précaution et créativité. Dans le cadre d’un débat à la fois profond et sincère, nous devons définir – tout en faisant la différence entre les pays développés et ceux en transition – une nouvelle philosophie permettant d’assumer notre responsabilité commune de manière consciencieuse et équitable.
Nous nous trouvons confrontés à de grands défis
Bien que les problèmes environnementaux actuels soient bien plus complexes que ceux que nous connaissions il y a une dizaine d’années, nous bénéficions de nouveaux modes de pensée scientifiques et technologiques, ouvrant de nouvelles perspectives et présentant de nouvelles solutions.

Il faut que toutes les nations représentées ici fassent un effort commun. Cet enjeu collectif nous donne l’occasion d’associer l’action à la pensée. Je compte bien faire du sommet de Cartagena un forum de réflexion intense permettant de trouver un fondement pratique, éthique et philosophique apte à assurer la durabilité environnementale de notre planète.

Je vous remercie tous de votre présence et de votre soutien. Bienvenue en Colombie


Juan Mayr Maldonado est le Ministre colombien de l’Environnement.

Photo : O. Minera/PNUE/Topham


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Toepfer | Portes ouvertes | Progrès et possibilités | Passer la vitesse supérieure | Réaliser une vision | La sonnette d’alarme | La sécurité dans un monde de plus en plus petit | 2001 Le Prix Sasakawa pour l’environnement du PNUE | Concours | Bonne intendance mondiale | Les perturbateurs des messages vitaux | Omnipresents et dangereux | Une stratégie pour l’avenir | Vaincre les POP | La première ligne de défense | Redistribuer les responsabilités

Articles complémentaires:
Malmö Ministerial Declaration (The Environment Millennium) 2000