Message à l’intention de la Seconde Assemblée du FEM

 
Xiang Huaicheng Ministre des Finances, Chine

Je salue tous ceux qui se rendent à Beijing pour la Seconde Assemblée du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) – les délégations des gouvernements des pays membres et les représentants d’institutions internationales et autres organisations. Moins de deux ans après le début du nouveau millénaire, nous avons le privilège et l’honneur d’accueillir ce grand événement international, dont nul ne peut ignorer l’importance. Même si, à l’instar d’autres rencontres, la conférence ne dure que quelques jours, ses résultats auront un impact sur les initiatives internationales de protection de l’environnement, et son efficacité devrait se faire sentir pendant de longues années.

La protection environnementale est depuis longtemps une question importante pour les gouvernements et pour la communauté internationale. Mais l’urgence qu’il y a à protéger notre globe – le seul habitat de l’univers, autant que nous le sachions, qui soit disponible pour l’espèce humaine – prend un relief accru dans le nouveau millénaire, à l’heure où les économies sont toujours plus nombreuses à se lancer dans de grands programmes de développement et, simultanément, à devenir conscientes de l’importance de la protection de l’environnement.

A quoi l’environnement ressemblera-t-il au 21e siècle ? A quoi notre planète ressemblera-t-elle pour nos enfants ? Comment assurer le développement durable en harmonisant la croissance et la protection environnementale ? Nous ne pouvons pas éluder ces questions. Nous devons y apporter les meilleures réponses possibles.

Il y a dix ans à Rio de Janeiro, la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement mettait l’accent sur cette question. Le programme Action 21 signala la création du premier programme complet et systématique de développement durable de toute l’histoire et établit les principes fondamentaux appelés à régir la coopération internationale en matière d’environnement et de développement au 21e siècle. Dix ans plus tard, le Sommet mondial sur le développement durable était solennellement réuni à Johannesburg. Dans l’intervalle, le concept de développement durable a été largement accepté par les gouvernements et les populations du monde entier, et surtout, il commence à être appliqué mondialement avec une coopération accrue.

Il reste encore beaucoup à faire. Le FEM, mécanisme financier pour la protection de l’environnement mondial, jouera un rôle considérable dans les progrès futurs. Depuis sa création, et notamment depuis sa restructuration en 1994, le FEM fournit une assistance efficace, tant financière que technique, aux pays en développement, lorsqu’ils participent aux activités communes de protection de l’environnement mondial. Le FEM a obtenu des résultats remarquables, avec le soutien complet de ses pays membres : il a su sensibiliser la communauté internationale en aidant les nations à aborder les problèmes environnementaux dans les principaux domaines ayant des implications mondiales – changement climatique, perte de la diversité biologique, dégradation des eaux internationales, appauvrissement de l’ozone et dégradation des terres. Le FEM a répondu aux attentes de la communauté internationale et il devrait continuer à le faire pendant de longues années.

Le Gouvernement chinois est très attaché à la protection de l’environnement et au développement durable. Dès les années 1980, il a commencé à accorder le statut de politique d’Etat fondamentale à la protection environnementale. Il a formulé des lignes directrices permettant d’intégrer le développement économique et social, la conservation des ressources naturelles et la protection de l’environnement dans la stratégie de développement durable. Par ailleurs, la Chine a participé activement à la coopération internationale pour la protection environnementale. Bien que la Chine soit encore un pays en développement à faible revenu, son Gouvernement s’est engagé à contribuer au FEM et a décidé d’augmenter sa contribution à la troisième reconstitution des ressources du FEM. Nous sommes convaincus que le FEM sera appelé à jouer un rôle plus important à l’avenir.

Je souhaite la bienvenue à tous les délégués des 173 nations, institutions internationales et organisations non-gouvernementales réunis à Beijing cet automne, la plus belle saison de l’année, si peu de temps après la Conférence de Johannesburg. Je crois que ce sera pour eux une excellente occasion d’échanger leurs vues sur de nombreux sujets liés à la protection de l’environnement, de faire le bilan des acquis des années passées, de contempler ce qu’il reste à faire à court et moyen terme, et de délibérer sur les manières de renforcer notre partenariat.

Les représentants de la Chine espèrent que cette rencontre se révélera utile et que la conférence sera couronnée de succès


Xiang Huaicheng is Ministre des Finances, Chine.

PHOTO : Hu Zong Huu/PNUE/Topham


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Toepfer | Des opportunités inégalées | Une priorité mondiale | Des partenariats pour le changement | Les nouveaux enjeux | De belles réussites mais il reste encore beaucoup à faire | Message à l’intention de la Seconde Assemblée du Fonds pour l’environnement mondial | L’avenir de l’environnement africain | Une énergie critique | Diagnostic de la santé de la planète | Comment regagner le terrain perdu | Le tango se danse à deux | La connaissance au service de l’action | Des avantages à caractère mondial | Des polluants impopulaires | Message à l’intention de la Seconde Assemblée du FEM

Articles complémentaires:
Special supplement to coincide with the Global
Environment Facility Assembly
(Fresh Water) 1998
Xie Zenhua: Sauvons notre patrimoine commun (La montagne et L’écotourisme) 2002
Ye Ruqiu: Réduire les émissions de carbone (L’énergie et l’environnement) 2001

AAAS Atlas of Population and Environment:
About the AAAS Atlas of Population and Environment

AAAS Atlas of Population and Environment:
Contents