Un jour,
nous réussirons

 
Safura Zavaran Hoseini

Au nom d’Allah qui a créé mon pays, l’Iran, un pays de montagnes, de champs et de mers – riche en ressources naturelles, en pétrole et autres minéraux qui nous ont apporté prospérité et confort !

Comme des millions de jeunes, je suis née à l’époque de l’explosion démographique de notre pays. Ma génération doit faire face à de nombreux problèmes – surpopulation, chômage, surexploitation des ressources naturelles et bien d’autres choses encore. Comme c’est le cas dans beaucoup de pays, le taux de pauvreté est en augmentation et la qualité de l’assistance sociale est en baisse. Les ressources de mon pays sont en déclin alors que le besoin de ressources est en hausse.

J’attribue cela à la pauvreté culturelle, au manque d’informations et de connaissances, et à la quête du profit économique. Notre culture manque de sagesse dans ses rapports avec la nature. C’est un phénomène nouveau. Je connais des gens des générations précédentes qui respectaient la nature. Ils avaient confiance en la nature, ils croyaient en elle – considérant par exemple les vieux arbres comme des créatures saintes. Il n’était pas permis de couper ou d’abîmer ces arbres, et tout contrevenant était puni.

Qu’est-il advenu de cette culture ? Je suis un enfant de citadins. Mes parents arrivèrent en ville avec des millions d’autres pour chercher la prospérité. Ils ne m'ont pas appris à préserver notre culture et notre environnement ou à protéger la nature. Leur génération nous lègue une terre dévastée mais qui reste riche en ressources. Peut-être mes parents n’avaient-ils pas le choix. Ils étaient surtout préoccupés par la politique, la révolution, la guerre et la reconstruction. Ils n’avaient pas le temps de penser à l’environnement, ou d’apprendre à le connaître et à connaître ses ressources. Peut-être n’ont-ils jamais été vraiment conscients de son importance – et du fait qu’il est crucial pour notre vie et notre avenir.

Dans mon pays, il y a des gens – en particulier des jeunes – qui se soucient de l’environnement et comprennent que vivre en harmonie avec la nature impose une certaine discipline. Nous essayons de sensibiliser nos camarades aux questions environnementales. Dans nos rapports avec les autres et dans nos conversations sur Internet, nous nous rendons compte que nous faisons partie d’une génération toujours plus nombreuse à travers le monde, déterminée à conserver les ressources naturelles qu’Allah nous a offertes. Un jour, nous réussirons. Cela prendra peut-être longtemps mais finalement, ma génération – la première génération d’envergure mondiale – comprendra toute l’importance de la nature. Nous ferons reculer la pauvreté dans notre pays tout en restaurant, réhabilitant et conservant notre magnifique environnement. Nous atteindrons le développement durable


Safura Zavaran Hoseini suit des études dans le département d’ingénierie environnementale à l’Université de Téhéran. Elle est membre de l’affiliation iranienne de Peace Child International, le Green Front d’Iran.

Photo : Naser Atarody/UNEP/Topham


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Toepfer | A la lumière de nouvelles approches | Un développement à visage humain | Commerce – facteur de transformation | Gagnez sur toute la ligne | Les gens | Des promesses à tenir | Aussi précieux que l’or | Etendre le cercle | En bref : La mondialisation, la pauvreté, le commerce et l’environnement | L’action au niveau local | La coopération fait des adeptes | Publications et produits | Sortons du goulot d’étranglement | Investir dans l’environnement | Plateforme pour la montagne de Bichkek | L’argent, ça ne se respire pas | Un jour, nous réussirons | Un commerce équitable ? Bonne question !

 
Articles complémentaires:
Bushra Razack: Lettre aux délégués
(Sommet mondial sur le développement durable) 2002
Young, impatient and soon to be in charge
(The Environment Millennium) 2000


AAAS Atlas of Population and Environment:
About the AAAS Atlas of Population and Environment
Population and ecosystems
Population and natural resources