L’aube d’une
nouvelle energie

 
Jeremy Leggett
l’énergie solaire pourrait répondre
à la majeure partie des besoins
énergétiques du monde d’ici dix ans.

Il y a vingt ans, à l’époque du second choc pétrolier, le Cheikh Yamani, le Ministre saoudien du pétrole, lançait cet avertissement à ses confrères de l’OPEP : « Si nous obligeons les pays occidentaux à faire de lourds investissements pour trouver d’autres sources d’énergie, ils le feront. Cela ne leur prendra pas plus de sept à dix ans.  »

Le monde choisit pourtant de ne pas investir dans les énergies renouvelables. Il reste dépendant du pétrole, du gaz et du charbon, bien que nous sachions depuis longtemps qu’en continuant à brûler de telles quantités de combustible fossile, nous déclencherons un réchauffement mondial ruineux tant d’un point de vue économique qu’environnemental. Pourtant, les énergies renouvelables pourraient, en principe, couvrir la plupart des besoins mondiaux en matière de transport et d’énergie en dix ans à peine.

Solutions de haute technicité
Dans toutes les régions du monde, des applications novatrices de la nouvelle technologie solaire fournissent des solutions de haute technicité, sans émissions et créatives. Dans le monde en développement, elles commencent à apporter une énergie propre aux communautés rurales reculées qui ne disposaient jusqu’ici que de bougies, de bois et de pétrole domestique. Les 2 milliards de personnes qui n’ont pas l’électricité pourraient y accéder grâce aux technologies de micro-énergie, sans qu’il soit nécessaire de mettre en place de nouvelles infrastructures centralisées, coûteuses et polluantes.

A Chypre, en Suède, en Chine et en Australie, de nouveaux marchés et de nouvelles usines contribuent à transformer le photovoltaïque solaire (PV) en industrie mondiale. A lui seul, le fabricant Sharp produit annuellement 94 mégawatts (MW). Les énormes économies d’échelle qui en résulteront joueront un rôle majeur pour assurer la santé à long terme de cette industrie.

Au Royaume-Uni, Solar Century et d’autres sociétés d’énergie solaire ont entrepris de nombreux projets de PV solaire commerciaux, industriels et domestiques avec des partenaires comme Sainsburys, Orange et Laing.

Le choix principal
Il reste encore du chemin à parcourir avant que le PV solaire soit automatiquement et universellement considéré comme le principal choix énergétique et non plus comme une alternative limitée aux projets communautaires locaux ou à de rares immeubles de prestige. The Solar Generation, le rapport publié récemment par l’Association européenne de l’industrie photovoltaïque (EPIA) et Greenpeace indiquait que l’industrie mondiale du PV solaire pourrait être sur le point de connaître une expansion sans précédent dans le monde développé comme dans celui en développement. Selon le rapport, le PV solaire pourrait facilement fournir l’électricité nécessaire à plus de 1 milliard de personnes, et notamment à 30 % du continent africain, et créer 2,3 millions d’emplois d’ici à 2020. Dès 2040, il pourrait assurer 25 % de la demande énergétique mondiale totale prévue.
L’industrie mondiale du PV solaire pourrait être sur le point de connaître une expansion sans précédent dans le monde développé comme dans celui en développement
Si nous voulons atteindre, et mieux encore, dépasser ces cibles, il faudra que l’industrie redouble d’efforts pour faire tomber les barrières de l’ignorance, de l’intérêt personnel et des politiques à courte vue. Comme le concluait l’Equipe spéciale sur l’energie renouvelable du G8, les barrières sont essentiellement d’ordre financier et politique, pas technologique. Il faut éduquer le public et le sensibiliser davantage à nos produits et à leurs applications. Notre plus grand ennemi est l’inertie politique et institutionnelle.

Programmes de soutien
D’ailleurs, ces cibles à long terme sous-estiment le potentiel du PV solaire à devenir le premier choix énergétique dans les dix premières années du 21e siècle. Elles se fondent par exemple sur la réalisation de programmes de soutien, bienvenus mais modestes, dans les pays de l’OCDE – comme le programme de 70 000 toits solaires actuellement en cours au Japon et qui devrait ne dépenser que 195 millions de dollars en 2002. En réalité, les projections de 2020 et 2040 pourraient être atteintes bien plus tôt si les mesures pratiques nécessaires étaient d’ores et déjà prises par les décideurs et les régulateurs.

San Francisco fournit un modèle concret passionnant pour les législateurs européens. Suite à une émission d’obligations de 100 millions de dollars et à d’autres initiatives locales, la ville pourrait produire jusqu’à 20 MW d’électricité PV solaire dans les douze prochains mois, et 50 MW de plus dans les trois années à venir – soit cinq fois les quantités prévues au Royaume-Uni, par exemple, pour 2004/2005.

Les terribles événements du 11 septembre et leurs conséquences ont inévitablement concentré l’attention des décideurs sur la nécessité d’assurer la sécurité et la diversité énergétiques. A l’approche de Rio+10, les organisations non gouvernementales et autres ne manqueront pas de rappeler à tous les gouvernements qu’ils s’étaient engagés à Kyoto à « développer et augmenter l’utilisation de formes d’énergie nouvelles et renouvelables  ». Avec une approche stratégique à long terme et des ressources suffisantes, les technologies de micro-énergie pourraient connaître une croissance exponentielle et s’assurer rapidement une part des 2 billions de dollars du marché mondial de l’énergie


Jeremy Leggett est Président-Directeur général Solar Century.

Photo : Anthony Karbowski/UNEP/Topham


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Toepfer | Sécurité et durabilité | Le multilatéralisme au service du développement durable | Une réponse aux besoins croissants | Zéro litre aux 100 | Partage équitable des décisions | Pétrole et montée des eaux | Les défis énergétiques | En bref : l’énergie | Concours | Mettre les populations au courant | Rapport spécial sur la Chine : Réduire les émissions de carbone | Le vent du changement | Le pouvoir de choisir | L’aube d’une nouvelle énergie | Une vague d’espoir | Produire plus avec moins

 

Articles complémentaires:
Dans le numéro Climate and Action December 1998
Dans le numéro Climate change December 1997
Theodore Panayotou : Win-win finance (The Way Ahead) June 1997

l’Atlas of population and environment de l’AAAS:
Energy
Climate change
Air pollution