Publications et produits



Evaluation internationale des sciences et technologies agricoles

www.agassessment.org

La Banque mondiale a lancé une consultation internationale portant sur les risques et les opportunités que représentent les sciences agricoles pour faire reculer la faim et améliorer les conditions d’existence des populations rurales du monde en développement.

Cette procédure longue de huit mois, qui se poursuivra jusqu’à mi-2003, devrait déboucher sur une évaluation internationale qui fournira aux décideurs les outils et l’information nécessaires pour répondre aux difficiles questions liées à ce domaine. L’évaluation s’inspirera de celles déjà effectuées en matière de changement climatique et d’appauvrissement de l’ozone, qui se sont révélées précieuses pour les dirigeants.

L’initiative étudiera des domaines aussi variés que l’agriculture biologique, les techniques traditionnelles de sélection des plantes, les nouvelles technologies agricoles et la biotechnologie.

Fin 2002, des représentants de 19 gouvernements et de huit organismes des Nations Unies ont rencontré des spécialistes de l’agriculture, des industriels et des organisations non gouvernementales lors de la première réunion de consultation organisée à Dublin. Les participants – parmi lesquels se trouvaient des antagonistes comme Monsanto et Greenpeace – firent des progrès considérables dans une ambiance très constructive. « Près de 800 millions de personnes se couchent chaque soir le ventre vide, et au cours des 50 prochaines années, il faudra que la production alimentaire double pour répondre à la demande croissante » a déclaré Ian Johnson, Vice-président pour le développement durable à la Banque mondiale, qui préside également le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI).

« Les enjeux concerneront à la fois la productivité et la gestion environnementale. Au fur et à mesure que nous progressons, il est nécessaire d’évaluer pleinement l’application de la science à l’agriculture, pour déterminer dans quelle mesure elle permet aux agriculteurs d’être plus productifs. Mais il est nécessaire de discuter de manière ouverte et transparente des risques sociaux et environnementaux, et des problèmes éthiques ».


L’Atlas mondial sur la diversitè biologique, du PNUE-WCMC (University of California Press, US$54,95) aborde les problèmes d’environnement et les liens désormais reconnus entre les écosystèmes et l’humanité. s’appuyant sur de très nombreuses études et analyses effectuées par les écologistes du monde entier, l’ouvrage offre une vision complète et très accessible des grands problèmes mondiaux liés à la diversité biologique. Il souligne les liens écologiques généraux existant entre les êtres humains et la nature, résume l’information disponible sur la santé de la planète et examine les impacts possibles des divers scénarios futurs.
Ocean Wonderland – film IMAX 3D produit par François Mantello avec le concours du PNUE – illustre l’immense diversité et la beauté de la vie marine sur les récifs de corail. « Ce film ne manquera pas de sensibiliser le public aux impératifs moraux, économiques et environnementaux liés à la sauvegarde des récifs de corail du monde pour les générations actuelles et futures », a déclaré Klaus Toepfer, Directeur exécutif du PNUE. La sortie mondiale de Blue Magic, réalisé par Jean-Jacques Mantello et tourné par Gavin McKinney, est prévue début 2003. (www.oceanwonderland.com).
La lanterne solaire rechargeable Glowstar, mise au point par Intermediate Technology Consultants Enterprise Development Programme pour les villages des pays en développement (http://www.itcltd.com/glowstar/), permet aux familles rurales africaines de faire un premier pas sur la route de l’énergie. Conçue pour être fiable et robuste dans des conditions difficiles, cette lanterne offre quatre à cinq heures de lumière ou alimente un petit poste de radio durant 15 heures. Elle se recharge facilement au soleil en un jour.
Capacity Building for Sustainable Development est un ouvrage destiné à la famille toujours plus nombreuse des partenaires du PNUE. Au fil des pages, gouvernements, organisations intergouvernementales, institutions nationales, régionales et mondiales, universitaires, société civile et secteur privé trouveront des idées et des exemples de la manière dont le PNUE peut les aider à concrétiser leurs projets et aspirations pour un monde meilleur et plus durable. Disponible mi-janvier 2003 auprès de SMI, PO Box 119, Pin Green, Stevenage, Hertfordshire SGl 4TP, RU.
Le Conseil de bonne gestion des mers (Marine Stewardship Council, MSC) a approuvé son 100e produit écoétiqueté – un saumon d’Alaska de la société YOUNG, proposé dans une croûte au citron et à l’aneth et qui bénéficie du label « FISH FOR LIFE » (http://www.youngsbluecrest.co.uk/). Le MSC, œuvre caritative créée par Unilever et le WWF en 1997 et indépendante depuis 1999, décerne son label aux pêches durables, correctement gérées.

The Earthscan Reader On International Trade And Sustainable Development (Earthscan £22,95, orders@lbsltd.co.uk) propose un bilan général de divers aspects de la mondialisation, du commerce, de la pauvreté et de l’environnement. Ses éditeurs, Kevin P. Gallagher et Jacob Werksman ont fait appel à de nombreux auteurs des six continents, experts dans des domaines très divers, qui détaillent les travaux prévus dans ce domaine au cours des dix prochaines années.


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Toepfer | A la lumière de nouvelles approches | Un développement à visage humain | Commerce – facteur de transformation | Gagnez sur toute la ligne | Les gens | Des promesses à tenir | Aussi précieux que l’or | Etendre le cercle | En bref : La mondialisation, la pauvreté, le commerce et l’environnement | L’action au niveau local | La coopération fait des adeptes | Publications et produits | Sortons du goulot d’étranglement | Investir dans l’environnement | Plateforme pour la montagne de Bichkek | L’argent, ça ne se respire pas | Un jour, nous réussirons | Un commerce équitable ? Bonne question !