De veritables
bijoux

 
Melinda Kimble
souligne combien il est important de conserver les récifs coralliens et elle présente une nouvelle initiative allant dans ce sens

Les récifs coralliens sont parmi les environnements sous-marins les plus spectaculaires du monde. Souvent qualifiés de « forêts tropicales de la mer », ces merveilles naturelles sont de complexes écosystèmes soutenant une diversité de vie remarquable – végétale, animale et humaine.

Bien que les récifs coralliens couvrent moins de 1 % du fond des océans, ils abritent plus de 93 000 espèces végétales et animales et assure la survie de plus de 35 % des espèces marines vivant en eau superficielle. Fait remarquable, les scientifiques marins estiment que plus d’un million d’espèces présentes dans les récifs coralliens restent à identifier. Ces espèces non encore découvertes détiennent peut-être la clé de progrès médicaux dans le traitement et la guérison de maladies aussi répandues que le cancer ou le VIH/sida.

Les récifs coralliens jouent également un rôle considérable dans les économies locales. Dans plus de 80 pays en développement, d’innombrables communautés dépendent d’eux pour leurs revenus et leur alimentation. D’ailleurs, l’alimentation de 20 % de la population mondiale est directement liée aux récifs coralliens. Un kilomètre de récif corallien sain peut produire 15 tonnes d’aliments par an – de quoi nourrir plus de 1 000 personnes. Il est donc crucial pour ces populations de préserver la santé des récifs.

Les récifs coralliens sains représentent aussi une valeur considérable pour les économies locales. Leur beauté captive attire un marché touristique toujours plus important et plus diversifié, susceptible de générer des revenus et de créer des emplois. Le tourisme durable, en particulier, favorise un environnement marin et côtier dans lequel les récifs coralliens peuvent s’épanouir, faisant bénéficier les communautés locales de leurs ressources.
L’alimentation de 20 % de la population mondiale est directement liée aux récifs coralliens
Malheureusement, la pollution, les techniques de pêche destructrices et non durables, le développement côtier, le commerce des souvenirs et d’autres menaces portent atteinte aux récifs et aux populations qui en dépendent. Bien qu’ils aient réussi à s’adapter aux changements intervenus dans l’environnement mondial au cours des millénaires, la capacité d’adaptation des récifs est désormais fortement menacée par ces impacts humains. Par conséquent, 60 % des récifs coralliens du monde ont été fortement endommagés ou complètement détruits.

En réponse à ces menaces, la Fondation des Nations Unies et International Coral Reef Action Network (ICRAN) – réseau dans lequel le PNUE joue un rôle de premier plan – ont lancé le Fonds pour les récifs coralliens en mai 2003, en vue d’aider à protéger et à gérer les 285 000 kilomètres carrés de récifs coralliens endommagés ou menacés à travers le monde. Créé en 2000, l’ICRAN est un partenariat mondial d’experts des récifs coralliens qui s’efforcent de mettre un terme au déclin des récifs coralliens du monde et à inverser la tendance.

Travaillant avec les communautés locales et indigènes, l’ICRAN encouragera les activités écophiles à proximité des récifs – notamment l’écotourisme et la pêche marine durable – et il financera également la surveillance de récifs menacés. Avec l’argent obtenu grâce au Fonds pour les récifs coralliens, l’ICRAN continuera à favoriser la création d’emplois, de formation et d’éducation des communautés, et il échangera idées et connaissances sur la gestion des récifs, en vue d’assurer l’avenir de ces écosystèmes.

La Fondation des Nations Unies (FNU) et l ’ICRAN ont lancé le fonds grâce à une contribution de 250 000 dollars de la fondation Richard et Rhoda Goldman, que la FNU a doublée. En plus de ces 250 000 dollars, le FNU doublera toutes les contributions supplémentaires, qu’elles proviennent de particuliers, de fondations, de multinationales, d’organismes gouvernementaux ou d’organisations non gouvernementales


Melinda Kimble est Vice-présidente du Programme à la Fondation des Nations Unies.

Photo : Reichling/UNEP/Topham


Pour tout complément d’information, rendez-vous sur www.coralreeffund.org. Vous trouverez sur ce site de nombreux renseignements sur l’état mondial des récifs, des liens avec des organisations partenaires, un service de donation en ligne et dix manières permettant de protéger les récifs coralliens.




Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Töpfer | Un patrimoine crucial | Des bénéfices par delà les frontières | Un patrimoine commun | La belle ou la bête ? | Merveilles du monde | La protection du patrimoine mondial | Personnalités de premier plan | Parcs et participation | En bref : Les aires protégées | Profil : Harrison Ford | L’avenir des parcs | Le Fonds pour les récifs coralliens | De véritables bijoux | De nouveaux partenariats | Les points chauds de la diversité biologique | Publications et produits | La conservation dans les régions en conflit | Info | Au vert ou en rouge ? | La Terre : une question de foi | Faites des parcs, pas la guerre

 
Articles complémentaires:
Ce numéro: Sommet mondial sur le développement durable, 2002
Ce numéro: Biological Diversity, 2000
Ce numéro: Culture, Values and the Environment, 1996


AAAS Atlas of Population and Environment:
Biodiversity
Ecosystems