Personnalités de premier plan



Le docteur Annelisa Kilbourn – victime d’un accident d’avion au Gabon en novembre dernier alors qu’elle étudiait le lien existant entre le virus ebola et les gorilles des terres basses occidentales – vient d’être élue à titre posthume au Palmarès mondial des 500 du PNUE. La scientifique britannique faisait partie des huit personnes et organisations honorées de cette manière en 2003. C’est Farès Boueiz, ministre de l’Environnement du Liban, et Klaus Toepfer, Directeur exécutif du PNUE, qui se sont chargés de la remise des prix – qui récompensent des actions exceptionnelles en faveur de la protection de l’environnement – lors des cérémonies de la Journée mondiale de l’environnement, à Beyrouth, le 5 juin.

Les travaux du docteur Kilbourn furent les premiers à démontrer que les gorilles sont infectés par le virus et qu’ils en meurent très rapidement – information susceptible de protéger tant les singes que les humains. Tout au long de sa brillante carrière, Annelisa Kilbourn avait notamment effectué les premières études sur la santé des orangs-outans en libre parcours de Sabah, en Malaisie, et aidé à protéger les derniers rhinocéros de Bornéo. Le prix décerné par le PNUE a été remis à sa mère et à sa sœ:ur.

l’Association des avocats spécialisés dans l’environnement du Bangladesh (BELA). Dans un pays où on estime que 60 % de la population n’a pas accès à la justice, cette organisation s’est spécialisée dans les causes environnementales d’intérêt public. Sur 38 procès en cours, la BELA en a déjà gagné 12.

C’est Mademoiselle Fatima Belbachir qui a reçu le seul prix du Palmarès mondial de cette année dans la catégorie Jeunes. Le prix a été décerné aux jeunes étudiants de la Salle Pédagogique des Zones Arides à Beni Abbes dans le sud-ouest du Sahara algérien. Les enfants ont mis en place un système expérimental de lagunes, destiné à lutter contre la pollution et à augmenter la production agricole.

Les autres nouveaux lauréats du Palmarès mondial des 500 sont Najib Saab (Liban), qui a lancé l’excellent magazine Al-Bia Wal-Tanmia (Environnement et développement) ; le docteur Bindeshwar Pathak (Inde), qui a mis au point des toilettes écologiques dont un million d’exemplaires sont déjà en service ; Boureima Wankoye, qui a introduit la plantation à grande échelle de gomme arabique au Niger en vue de produire des revenus et de réhabiliter des terres dégradées ; le Français Serge Antoine, pionnier de l’environnement ; et le Comité des femmes pour la préservation de l’environnement au Népal, qui se charge de la collecte et du traitement des ordures dans la ville de Lalitpur.

Klaus Toepfer a déclaré que les lauréats étaient « membres d’un vaste mouvement environnemental florissant à travers le monde ».



Leonard Good a été nommé pour trois ans Président-directeur du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) – la plus importante source de financement pour l’environnement mondial – par le Conseil du FEM. Monsieur Good, ancien Président de l’Agence canadienne de développement international et deux fois ministre adjoint à l’Environnement de son pays, succède à Mohamed El-Ashry, qui était à la tête du FEM depuis sa création en 1991.

Monsieur Good a déclaré : « Les générations futures jugeront notre gestion de l’environnement non pas sur tout ce que nous avons dit et écrit sur le sujet mais sur les mesures spécifiques que nous avons prises pour préserver la santé de la planète ».



Jamie Andrew – un alpiniste écossais qui, ayant eu les pieds et les mains gelés, a subi une quadruple amputation en 1999 – a été récompensé par l’Institut international pour la paix par le tourisme. Il avait effectué l’ascension de plusieurs sommets des Alpes suisses pour attirer l’attention sur l’importance de la protection des environnements de montagne. Son ascension – avec une équipe appuyée par l’UICN (Union mondiale pour la nature) et la Fédération internationale de montagne et d’escalade – célébrait également l’accession de la région Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn au statut de site du Patrimoine mondial, suite aux efforts déployés par le Gouvernement suisse, et la création de zones transfrontières protégées, notamment le glacier Siachen, entre l’Inde et le Pakistan.

Le Professeur Jacqueline McGlade, scientifique de l’environnement qui possède la double nationalité britannique et canadienne, vient d’être nommée Directrice exécutive de l’Agence européenne pour l’environnement

PHOTOGRAPHS: enews.tufts.edu, GEF, IUCN, Defra


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Töpfer | Un patrimoine crucial | Des bénéfices par delà les frontières | Un patrimoine commun | La belle ou la bête ? | Merveilles du monde | La protection du patrimoine mondial | Personnalités de premier plan | Parcs et participation | En bref : Les aires protégées | Profil : Harrison Ford | L’avenir des parcs | Le Fonds pour les récifs coralliens | De véritables bijoux | De nouveaux partenariats | Les points chauds de la diversité biologique | Publications et produits | La conservation dans les régions en conflit | Info | Au vert ou en rouge ? | La Terre : une question de foi | Faites des parcs, pas la guerre

 
Articles complémentaires:
Ce numéro: Sommet mondial sur le développement durable, 2002
Ce numéro: Biological Diversity, 2000
Ce numéro: Culture, Values and the Environment, 1996


AAAS Atlas of Population and Environment:
Biodiversity
Ecosystems