Un patrimoine
commun

 
Timothy E. Wirth
présente les travaux effectués par la Fondation des Nations Unies pour conserver certains sites parmi les plus importants du monde pour la diversité biologique

Depuis cinq ans, la Fondation des Nations Unies (FNU) a fait de la conservation de la diversité biologique une priorité. Nous avons choisi de mettre l’accent sur les sites de diversité biologique du Patrimoine mondial de l’UNESCO parce que ces sites revêtent une importance biologique cruciale pour l’ensemble de la communauté mondiale et qu’ils représentent le patrimoine commun de l’humanité.

Nous nous sommes attachés à renforcer les initiatives du Centre du Patrimoine mondial de l’UNESCO, en octroyant des subventions opportunes et ciblées totalisant 32 millions de dollars aux sites de diversité biologique du Patrimoine mondial les plus menacés, et en favorisant des partenariats majeurs entre l’organisation et d’autres organisations techniques et de financement comme Conservation International, le Fonds mondial pour la nature (WWF), Wildlife Conservation Society, la Fondation Charles Darwin, AVEDA Corporation et le Fonds Walt Disney pour la conservation. Dans le monde entier, plus de 50 sites du Patrimoine mondial naturel, désignés ou potentiels, bénéficient désormais du soutien de la FNU – des îles Galapagos au large de l’Equateur aux monts Cardamom du Cambodge.

Nous espérons inspirer d’autres à suivre notre exemple. Le WWF et Conservation International se sont engagés à faire du Patrimoine mondial une priorité fondamentale de leur travail et ils ont établi un partenariat avec la FNU qui permettra de consacrer plusieurs millions de dollars à ces sites et à leur région au cours des dix prochaines années. Le Fonds pour l’environnement mondial a fourni plus de 45 millions en financements parallèles destinés à des initiatives de la FNU. Nous travaillons sur des sites du Patrimoine mondial avec l’UNESCO, mais aussi en collaboration avec des organisations non gouvernementales, le Programme des Nations Unies pour le développement et l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture. Le PNUE est bien entendu un de nos partenaires les plus importants, notamment en ce qui concerne l’initiative conjointe en faveur des récifs coralliens.

Cet été, le Conseil d’administration de la FNU a étendu notre engagement vis-à-vis du Patrimoine mondial en incluant un Dispositif d’intervention rapide. Avec l’aide de la FNU, du Centre du Patrimoine mondial, de Fauna and Flora International et de l’Union mondiale pour la nature (UICN), le Dispositif d’intervention rapide offrira une aide financière opportune aux sites confrontés à des menaces ou à des besoins urgents, comme l’instabilité civile, les mouvements de réfugiés, les nappes de pétrole, les catastrophes naturelles ou l’exploitation illégale des ressources.

Selon l’étendue du problème et les délais d’intervention nécessaires, des subventions pouvant aller jusqu’à 100 000 dollars assureront une assistance technique aux organisations non gouvernementales ou aux gestionnaires locaux du site. Ceci leur permettra d’évaluer les menaces émergentes et de relever rapidement les défis de conservation auxquels sont confrontés les sites de diversité biologique du Patrimoine mondial dans les pays en développement. Ces subventions ne manqueront pas d’améliorer les capacités des gestionnaires d’aires à mettre en application des projets, et à mobiliser le soutien financier et la volonté politique nécessaires pour protéger les sites menacés.

Nous considérons également qu’il est indispensable que le Congrès américain soutienne l’engagement du Président Bush à réintégrer l’UNESCO d’ici au 1er octobre 2003. Le Président est convaincu que l’UNESCO joue un rôle important dans la promotion et dans la protection des droits humains, de la démocratie et de l’éducation à travers le monde, et que cela sécurise à la fois l’Amérique et l’ensemble des pays. Ces réformes cruciales étant maintenant en place, l’organisation joue un rôle plus important que jamais. Avec la pleine participation des Etats-Unis, elle pourra devenir une force encore plus puissante dans la lutte en faveur de la liberté et de la démocratie – tout en améliorant les initiatives de sauvegarde des aires protégées les plus importantes du monde pour la diversité biologique, les sites de diversité biologique du Patrimoine mondial


Timothy E. Wirth est Président de la Fondation des Nations Unies.

Photo : Stephen Graham/UNEP/Topham


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Töpfer | Un patrimoine crucial | Des bénéfices par delà les frontières | Un patrimoine commun | La belle ou la bête ? | Merveilles du monde | La protection du patrimoine mondial | Personnalités de premier plan | Parcs et participation | En bref : Les aires protégées | Profil : Harrison Ford | L’avenir des parcs | Le Fonds pour les récifs coralliens | De véritables bijoux | De nouveaux partenariats | Les points chauds de la diversité biologique | Publications et produits | La conservation dans les régions en conflit | Info | Au vert ou en rouge ? | La Terre : une question de foi | Faites des parcs, pas la guerre

 
Articles complémentaires:
Ce numéro: Sommet mondial sur le développement durable, 2002
Ce numéro: Biological Diversity, 2000
Ce numéro: Culture, Values and the Environment, 1996


AAAS Atlas of Population and Environment:
Biodiversity
Ecosystems