En bref :
Eau et assainissement



Le manque d’eau potable et d’assainissement est une des premières causes de maladies et de décès à travers le monde. Chaque année, plus de 5 millions de personnes meurent de maladies liées à l’eau : environ 3 millions de diarrhée et 2 millions du paludisme. Les femmes des pays en développement effectuent chaque jour plusieurs kilomètres à pied pour chercher de l’eau souvent insalubre pour leur famille. Elles rapportent une vingtaine de litres d’eau – soit le poids d’une grosse valise. Et on estime que d’ici quelques décennies, un tiers de la population mondiale souffrira d’une pénurie chronique d’eau.

Dans le monde entier, on pourrait éviter les trois quarts des maladies et des décès si les services d’eau et d’assainissement étaient adéquats. En quelques décennies, les progrès ont été notables. Dans les années 1990, le nombre de personnes disposant d’un accès à l’eau amélioré est passé de 4,1 à 4,9 milliards. Dans la première moitié de la décennie, 170 millions supplémentaires d’habitants des villes des pays en développement ont pu accéder à l’eau salubre et 70 millions de plus à un assainissement adéquat. Malheureusement, ces chiffres encourageants ont été contrebalancés par les effets de la croissance démographique et des migrations urbaines : fin 1994, les habitants des villes étaient 300 millions de plus à n’avoir pas accès à l’eau salubre et 600 millions à ne pas disposer d’un assainissement adéquat.

Au rythme actuel des investissements, la population totale de l’Asie n’aura pas accès à l’eau potable avant 2025, celle d’Amérique latine et des Caraïbes avant 2040 et celle de l’Afrique avant 2050. Il est urgent d’accélérer cette progression. Lors du Sommet du millénaire en septembre 2000, les nations du monde ont résolu de diminuer de moitié le nombre de personnes n’ayant pas accès à une eau potable et abordable d’ici à 2015. Deux ans plus tard, lors du Sommet mondial sur le développement durable, ils ont adopté un objectif similaire pour l’assainissement.

Cependant, plus de la moitié des cours d’eau du monde sont fortement dégradés et pollués, menaçant la santé et les moyens d’existence des populations qui en dépendent. Mais le Conseil mondial de l’eau indique que de nombreux pays en développement – en investissant dans le traitement des eaux usées – ont réussi à « stopper le déclin, voire à améliorer, la qualité des eaux de surface ».

Geoffrey Lean















Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Toepfer | L’action pour demain | Des idées à concrétiser | Une main lave l’autre | Personnalités de premier plan | De fragiles ressources | La concrétisation d’une rêve | L’eau, outil de lutte contre la pauvreté | En bref : Eau et assainissement | Quand la musique devient magie – Angélique Kidjo | Objectif : assainissement | Dans une ville comme Mumbai | De haut en bas | Produits et publications | De l’eau pour une terre assoiffée | Les parcs source de paix | Au nom de ceux que l’on n’entend pas