Publications et produits



Jean-Michel Cousteau La Fondation pour l’environnement d’Athènes – en partenariat avec le Comité d’organisation d’Athènes 2004 et le PNUE – organise une campagne de nettoyage pour célébrer la Journée mondiale de l’environnement. Elle a choisi d’intervenir sur plusieurs plages proches de la capitale grecque, notamment celle du Pirée, et elle est en train d’organiser un nettoyage sous-marin dirigé par Jean-Michel Cousteau, près du port et ailleurs sur la côte grecque. Des centaines de plongeurs bénévoles participent à cette initiative. Trois navires sont chargés de débarrasser les fonds marins des déchets importants comme les voitures et les réfrigérateurs, et des camions municipaux enlèvent toutes les ordures qui sont ensuite recyclées et/ou traitées. Deux autres navires vont illustrer la manière dont on peut contenir les marées noires. Le Comité international olympique et les officiels du Gouvernement grec participent au nettoyage en compagnie de milliers de gens, sous le regard des principaux médias nationaux et internationaux. Klaus Toepfer, le Directeur exécutif du PNUE, sera relié en direct par satellite depuis les principales festivités internationales organisées à Barcelone, au moment où à Athènes se tiendra une réception autour de la piscine olympique – avec spectacle de l’équipe grecque de natation synchronisée.
Le Centre mondial de surveillance de la conservation du PNUE (PNUE-WCMC) vient de publier la toute première étude mondiale des herbes marines. L’Atlas mondial des herbes marines indique que le monde compte quelque 177 000 kilomètres carrés de ces habitats – 60 espèces environ de plantes sous-marines à fleurs, qui constituent un des écosystèmes marins les plus importants. L’atlas révèle aussi que 15 % de ces herbes ont été détruites au cours des dix dernières années. « Nous avons maintenant une vision globale et scientifique de la présence des herbes marines », a déclaré Klaus Toepfer, le Directeur exécutif du PNUE. « Malheureusement, dans bien des cas, ces prairies sous-marines d’une importance vitale sont détruites inutilement pour des bénéfices à court terme sans qu’il y ait une véritable prise de conscience de leur importance »
Deux rapports sur l’état des mers – Protecting the Oceans from Land-based Activities (Protection des océans contre la pollution due aux activités terrestres) et sa version simplifiée A Sea of Troubles (Une mer de troubles) – sont disponibles auprès du PNUE. Rédigés par le Groupe mixte d’experts chargés d’étudier les aspects scientifiques de la pollution des mers – qui représente le PNUE et sept autres organismes des Nations Unies – les deux rapports font un bilan complet des toutes dernières connaissances portant sur les impacts de la pollution et de la surpêche sur les océans.
Le Rapport annuel 2003 du PNUE présente les activités entreprises durant l’année par le PNUE pour promouvoir le bon usage et le développement durable de l’environnement mondial. Il souligne notamment les travaux liés à l’Année internationale de l’eau douce ; l’environnement et la sécurité ; et la mise en œ:uvre régionale. Le rapport (en langue anglaise) est disponible auprès de Earthprint au coût de 10 dollars (frais d’emballage et de port non compris) et sur www.unep.org/annualreport/2003.
Nettoyons la Terre – campagne mondiale qui préconise l’action locale comme outil de changement à long terme pour la protection de l’environnement – organise des actions spéciales pour marquer la Journée mondiale de l’environnement et souligner les initiatives prises par le PNUE en faveur des mers et des océans tout au long de 2004.

Les Membres de Nettoyons la Terre soutiennent la Journée mondiale de l’environnement, du Pakistan à Cuba et de Chypre au Kenya. Au Pakistan, la Journée est le point d’orgue d’une campagne de trois mois qui devrait attirer un million de participants. Tout au long de 2004, l’Association de protection de l’environnement marin de Chypre coordonne une campagne de nettoyage de la rivière Pedieos, pour essayer d’empêcher les déchets en provenance de Nicosie de terminer leur course dans la mer. Dans le cadre de ses activités, l’Association de plongée des Emirats, aux Emirats Arabes Unis, est en train de mobiliser plus de 300 plongeurs, d’effectuer le nettoyage de 500 plages et de surveiller la santé des coraux.


Les communautés insulaires et côtières pauvres pourraient obtenir de l’eau potable à partir d’eau de mer en utilisant un simple cône de plastique alimenté à l’énergie solaire. Le « Watercone » – qui promet d’éviter les longues et pénibles marches pour chercher de l’eau à la rivière ou à l’étang – rend l’eau de mer potable sans engendrer les importantes dépenses traditionnellement associées à la désalinisation. Il n’a besoin ni d’électricité ni de technologie à forte maintenance, et chaque cône peut produire un litre d’eau douce par 24 heures. Il suffit de remplir d’eau salée la base de l’appareil, qui fait la taille d’une roue de voiture. L’eau salée s’évapore au soleil et se condense sur le bord incurvé du cône. Un bec verseur permet alors de récupérer l’eau ainsi dessalée. Le cône est également capable de nettoyer une eau polluée. Son coût étant aujourd’hui encore trop élevé pour bien des communautés pauvres (60 dollars), il pourrait être distribué sous forme d’aide : CARE Allemagne l’utilise dans le cadre d’un projet pilote au Yémen.
Photos : Tom Ordway, Watercone.com


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Töpfer | Intégration au développement | Les jours oubliés de la Création | Restaurons une perle | Empêchez mon pays de disparaître ! | Libération d’énergie | Les océans ont besoin des montagnes | Personnalités de premier plan | Un couloir dans l’océan | En bref : Mers, océans et petites îles | Profil : Cesaria Evora | Aucune île n’est totalement isolée | Petites îles, fort potentiel | La vulnérabilité des petits | Une résistance naturelle | Publications et produits | Réduction des risques de marées noires | Pour rééquilibrer les chances | Voisins sans frontières | Mère Nature pourra-t-elle attendre ? | Les canaris du Pacifique

 
Articles complémentaires:
AAAS Atlas of Population and Environment:
Ecosystems