Des citoyennes
engagées

 
 Lois Abraham et Jane Roberts montrent que le peuple américain soutient de plus en plus les initiatives prises par les Nations Unies en matière de démographie et de développement.


En tant que citoyennes américaines, nous sommes fières du rôle qu’ont toujours joué les Etats-Unis dans les questions liées à la démographie et au développement.

John D. Rockefeller III fut très actif dans ce domaine et, dans les années 1960, c’est lui qui dynamisa les actions américaines et mondiales. George H.W. Bush, qui était à l’époque ambassadeur américain auprès des Nations Unies, se trouvait présent lors de la création du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et il se félicita des premières initiatives prises par le Fonds. Pendant trente ans, l’aide aux populations représenta une part importante de l’aide étrangère américaine. Nous étions également fières du leadership fourni par le Gouvernement américain lors de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) de 1994 et nous étions ravies lorsque le financement américain pour les populations atteignit le chiffre record de 585 millions de dollars en 1995. Le suivi de la CIPD assuré par des fondations américaines fut également très encourageant.

Le Président George W. Bush fut élu en qualité de conservateur unificateur et compatissant. En ce qui concerne les questions démographiques, les débuts furent prometteurs et le FNUAP continua d’être financé. Le secrétaire d’Etat Colin Powell félicita l’organisation pour son travail, et des fonds supplémentaires furent demandés pour répondre aux programmes d’urgence mis en place par le FNUAP en Afghanistan. Fin 2001, un accord budgétaire conclu entre le Congrès et le Président prévoyait une attribution de fonds au FNUAP. Pourtant, en juillet 2002, le financement du FNUAP fut supprimé.
Les citoyens ont le devoir d’exprimer la nécessité d’une coopération mondiale
Personnellement, nous étions très préoccupées que cela se produise au moment où notre nation avait désespérément besoin d’unité mondiale et de coopération internationale, suite aux attentats du 11 septembre 2001. Lois commença à contacter des amis par e-mail, leur demandant d’envoyer au moins un dollar pour aider le FNUAP à poursuivre son travail et montrer au monde que le peuple américain se souciait de la vie des femmes. Exprimant une préoccupation similaire, Jane écrivit au journal local, incitant les lecteurs à envoyer un dollar et un message. Vint ensuite la création du site www.34million friends.org.

Très rapidement, devant le flot de courrier toujours plus important, l’initiative « 34 millions d’amis du FNUAP » vit le jour. A ce jour, plus de 100 000 Américains ont répondu à l’appel, et les fonds recueillis atteignent 2 millions de dollars. Cela a permis à l’Américain moyen d’exprimer son soutien aux femmes du monde et sa préoccupation face à un aspect important de la politique américaine.

Plus généralement, « 34 millions d’amis du FNUAP » témoigne de la montée en puissance des initiatives prises par les citoyens, à une époque où l’information quotidienne rapproche toujours davantage peuples et pays. Les citoyens ont l’occasion – et le devoir – d’exprimer la nécessité d’une coopération mondiale au nom de l’avenir de notre planète et de ses habitants. A l’occasion du dixième anniversaire de l’accord historique du Caire, nous espérons que les efforts consentis par le peuple américain serviront d’exemple d’action citoyenne à travers le monde, au profit de la santé des femmes, de l’environnement et d’autres causes communes au service du bien mondial


Lois Abraham, avocate, et Jane Roberts, enseignante en retraite, sont les cofondatrices de « 34 millions d’amis du FNUAP ».

Photo : Auijit Roy/PNUE/Topham


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Toepfer | Il reste du chemin à parcourir | Un consensus pratique | L’autonomisation des femmes | Des stratégies également efficaces | Personnalités de premier plan | Tranquillité d’esprit | Les jeunes filles sont l’avenir | L’énergie au service du changement | En bref : Les femmes, la santé et l’environnement | Aishwarya Rai | Une opportunité sans précédent | Publications et produits | Un héritage chimique | Une invasion toxique | Autonomisation d’abord | Des citoyennes engagées | Une perspective féminine | Après tout, « nature » est un mot féminin... | Une voix unique

 
Articles complémentaires:
Culture, values and the environment 1996
La pauvreté, la santé et l’environnement, 2001
Sommet mondial sur le développement durable, 2002
Eau, assainissement et humanité, 2003


AAAS Atlas of Population and Environment:
Population and natural resources