Une
perspective féminine

 
 Beverly Miller
présente les initiatives prises par le PNUE pour intégrer les questions d’égalité des sexes aux programmes d’environnement et de développement.


En Jamaïque, dès que le cordon ombilical du nouveau-né tombe, on le plante en même temps qu’un jeune arbre. Ce geste a un profond impact psychologique. Enfant, je savais quel arbre était le mien (un cocotier), et j’ai toujours pensé que je grandirais pour devenir aussi haute et aussi impressionnante que les cocotiers alentour. Cette expérience m'incite à penser que les valeurs environnementales devraient être enseignées dans le cadre de la culture de chacun.

J’ai grandi en Jamaïque, dans les collines du centre du Clarendon. Mes racines m'ont donné un sentiment de sécurité et d’assurance, et l’amour de la nature. Elles ont aussi joué un grand rôle dans mon choix de carrière, me poussant à obtenir un Masters de Génie environnemental. Désireuse de participer au mouvement en faveur de l’environnement, j’ai d’abord travaillé pour le Gouvernement jamaïcain (en participant à la mise en place du service responsable de l’environnement), avant d’entrer au PNUE.

En tant que femme et mère, mes opinions et mes décisions sont influencées par mon sexe et par mes expériences de vie. Lorsque j’ai rédigé le projet de normes de contrôle de la pollution de l’eau et de l’air pour le Gouvernement, par exemple, j’ai tenu compte de la nature et du genre de vêtement requis pour permettre à une femme d’escalader une cheminée de 60 mètres, du poids du matériel d’échantillonnage, du temps nécessaire pour diffuser les résultats, et surtout, des impacts négatifs de la pollution de l’air et de l’eau sur la santé humaine.

Le PNUE a créé un Point focal de promotion de l’égalité des sexes, chargé d’influencer dans ce sens les politiques générales des Nations Unies. Il surveille également la mise en application des décisions du Conseil d’administration du PNUE concernant le rôle des femmes dans l’environnement et le développement, afin d’assurer la participation bénéfique et paritaire de celles-ci à toutes les activités de gestion de l’environnement. En 2000, une stratégie d’intégration des considérations liées à l’égalité des sexes a été élaborée pour créer une structure de mise en application des politiques et activités d’intégration de l’égalité au sein des Nations Unies. Cette stratégie a été développée en vue d’améliorer la gouvernance institutionnelle, les programmes et les procédés de gestion du PNUE.
Les valeurs environnementales devraient être enseignées dans le cadre de la culture de chacun
Le PNUE poursuit une politique d’intégration d’une perspective d’égalité des sexes dans la formulation des plans et budgets de ses programmes. Tous les projets du PNUE tiennent compte du manuel du PNUE sur la formulation, l’approbation, le suivi et l’évaluation des projets, qui contient un chapitre sur les directives concernant l’égalité des sexes. Ces directives mettent l’accent sur les considérations d’égalité des sexes dans les documents de projet et elles identifient les mesures permettant d’inclure ces considérations dans les relations qu’entretient le PNUE avec ses organisations de collaboration et de soutien. Elles s’accompagnent de recommandations pratiques sur la planification permettant de faciliter la participation des femmes et autres groupes majeurs.

Le Manuel de projet souligne également que la planification des sexes reconnaît que les femmes et les hommes jouent des rôles différents au sein de la société et qu’ils ont souvent des besoins différents. Il est par conséquent indispensable que les activités initiales de préparation tiennent compte des rôles des deux sexes, de leurs réactions et de leurs besoins.

Le PNUE s’efforce également d’assurer l’équilibre hommes/ femmes lors des réunions et ateliers, et il cherche à intégrer cet équilibre à toutes les activités de programme. Une base de données mondiale des points focaux d’égalité des sexes et d’environnement – au sein des gouvernements mais aussi des organisations non gouvernementales mondiales et des associations de la société civile concernées – permet d’échanger l’information, de recueillir des données et de fournir les renseignements nécessaires pour la constitution de capacité aux niveaux national, régional et mondial.

Le Programme de travail 2004-2005 du PNUE montre bien que l’égalité des sexes est désormais au centre de toutes ses activités :

  • Inscrire les politiques d’intégration de l’égalité des sexes et promouvoir la participation active des femmes aux initiatives de développement durable et de protection environnementale au sein de la Division de l’élaboration des politiques et du droit et de la Division de pré-alerte et d’évaluation environnementale.

  • Fournir l’assistance technique aux réseaux de femmes pour développer et réaliser les projets, conformément aux décisions prises en lors du Sommet « planète Terre » de Johannesburg.

  • Mettre l’accent sur les femmes, suite aux rapports concernant les causes de mauvaise santé, y compris les causes environnementales, et leur impact sur le développement.

  • Développer un matériel pédagogique et de formation fondé sur les meilleures pratiques et sur les initiatives réussies faisant intervenir des femmes.

Lors de la huitième session extraordinaire du Conseil d’administration du PNUE/Forum ministériel mondial sur l’environnement, en mars 2004, le PNUE et le Réseau des femmes ministres de l’Environnement avaient organisé un Evénement spécial sur les femmes et l’eau afin de soutenir les stratégies nationales et multilatérales d’amélioration de la situation et du rôle des femmes en matière de gestion de l’eau et de l’assainissement. Cette initiative s’est révélée utile pour la préparation du suivi de la Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes de 1995 pour le Conseil d’administration de l’année prochaine.
Il faut que la perspective d’égalité des sexes soit à la fois plus explicite et plus visible dans la réalisation du développement durable
Il faut que la perspective d’égalité des sexes soit à la fois plus explicite et plus visible dans la réalisation du développement durable. Il est impératif de comprendre que l’environnement est un des piliers du développement durable, et il faut absolument multiplier les initiatives pour que la voix des femmes se fasse entendre dans le débat international sur la gouvernance de l’environnement qui n’a jamais été aussi indispensable qu’aujourd’hui.

Le PNUE est conscient de la nécessité d’intensifier la constitution de capacité axée sur l’égalité des sexes dans l’environnement et le développement. Pour promouvoir l’avancement des femmes dans le développement, il est indispensable de se concentrer davantage sur la mise en œuvre, sur les cibles et sur les impacts dans le domaine de l’égalité des sexes et de l’environnement. Il faut que le dialogue entre le PNUE, les gouvernements et les organisations de la société civile continue à ouvrir de nouvelles perspectives pour améliorer la participation des femmes aux prises de décisions. En matière d’utilisation durable des ressources, il est crucial d’intégrer les pratiques et le savoir-faire traditionnels des femmes à l’élaboration des programmes de gestion environnementale.

Tous les Objectifs de développement pour le millénaire sont liés aux femmes et à leur situation, et il faut que la perspective d’égalité des sexes soit systématiquement intégrée à la planification et à tous les autres processus de développement – au niveau national, régional et mondial. Durant le Séminaire consultatif des femmes, organisé en février 2004 au siège du PNUE, un groupe de travail a envisagé les objectifs dans une perspective d’égalité des sexes. Il a recommandé que soit effectué un bilan de la mise en application des engagements liés à l’égalité des sexes et à l’environnement pris lors de la quatrième Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes de Beijing ainsi que par rapport aux Objectifs de développement pour le millénaire, en incluant notamment les meilleures et les pires pratiques.

En conclusion, je ne peux que souhaiter que les bonnes intentions visant à inclure une perspective féminine dans les questions de développement à tous les niveaux s’accompagnent des investissements nécessaires


Beverly Miller est Secrétaire du Conseil d’administration du PNUE.

Photo : Topfoto/Imageworks


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Toepfer | Il reste du chemin à parcourir | Un consensus pratique | L’autonomisation des femmes | Des stratégies également efficaces | Personnalités de premier plan | Tranquillité d’esprit | Les jeunes filles sont l’avenir | L’énergie au service du changement | En bref : Les femmes, la santé et l’environnement | Aishwarya Rai | Une opportunité sans précédent | Publications et produits | Un héritage chimique | Une invasion toxique | Autonomisation d’abord | Des citoyennes engagées | Une perspective féminine | Après tout, « nature » est un mot féminin... | Une voix unique

 
Articles complémentaires:
Culture, values and the environment 1996
La pauvreté, la santé et l’environnement, 2001
Sommet mondial sur le développement durable, 2002
Eau, assainissement et humanité, 2003


AAAS Atlas of Population and Environment:
Population and natural resources