Un consensus
pratique

 
 Nafis Sadik
décrit les progrès et les retours en arrière depuis la Conférence internationale sur la population et le développement organisée au Caire il y a dix ans.


La grande réussite de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) de 1994 avait été de réconcilier les décideurs du développement, le mouvement des femmes et les démographes. Le consensus du Caire reconnaissait que les impératifs de la démographie ne pouvaient pas être imposés. Les femmes et les hommes ont le droit de déterminer leur propre avenir, et quant ils le font, tout le monde s’en porte mieux.

Quand les femmes peuvent choisir le nombre d’enfants qu’elles auront et l’espacement des naissances, elles ont moins d’enfants que leur mère n’en avait. Les familles sont moins nombreuses et la croissance démographique plus lente. Les résultats sont déjà visibles. Aujourd’hui, les familles comptent moitié moins d’enfants que dans les années 1960. Dans des pays comme le Mexique, la République de Corée et la Thaïlande, les taux de fécondité sont en chute libre et la croissance économique explose. Les femmes, désormais capables d’exercer un choix dans un domaine précis, celui de la fertilité, commencent à s’imposer dans d’autres domaines – en améliorant l’instruction et en mettant fin à la violence dont elles sont victimes, par exemple.

La Conférence du Caire a fortement dynamisé ce processus. Le consensus énonçait le droit à la santé reproductive en tant que droit des populations à la santé. C’est un aspect particulièrement important pour les femmes et les fillettes, qui sont extrêmement vulnérables dans toutes les sociétés, pour diverses raisons. Le consensus du Caire déclare que les systèmes de santé et d’éducation doivent reconnaître ce fait, et donner aux fillettes et aux femmes les capacités, l’information, les services, et surtout l’assurance dont elles ont besoin pour mener leur vie de manière indépendante. Le but du Programme d’action du Caire est de faire en sorte que, d’ici à 2015, les services de santé reproductive soient accessibles à toutes celles qui en ont besoin.

Une femme meurt chaque minute des conséquences d’une grossesse – et elle vit presque toujours dans un pays en développement. Cette statistique choquante s’explique par l’insuffisance des systèmes de santé mais également par l’ignorance et le peu d’intérêt porté aux besoins des femmes. Un des objectifs du Caire – qui est aujourd’hui un des Objectifs de développement pour le millénaire – est de réduire ces décès de trois quarts d’ici à 2015.

Le consensus du Caire reconnaissait que tous les aspects de la violence vis-à-vis des femmes menacent la santé reproductive. La violence à l’encontre des femmes vient d’une source unique : la sujétion et l’oppression des femmes. Les fistules et les mutilations sexuelles, les crimes d’honneur et la violence domestique prendront fin lorsque les hommes considéreront que les femmes sont leurs égales ; qu’elles ont les mêmes droits qu’eux à l’éducation et la santé – et surtout à la santé reproductive ; qu’elles peuvent exercer un choix lorsqu’elles se marient et fondent une famille ; et qu’elles ont le droit de participer à l’économie et à la société en général.

L’accès des femmes à l’autonomie et l’égalité des sexes sont deux points cruciaux si les pays veulent lutter efficacement contre la pandémie de VIH/ sida. Les pays dans lesquels les taux d’infection sont en hausse – dont la plupart des pays d’Asie-Pacifique et d’Afrique, et de nombreux pays d’Amérique latine et d’Europe – peuvent apprendre beaucoup des pays africains les plus touchés. La plus importante leçon concerne le soutien et l’accès des femmes à l’autonomie. Si les femmes pouvaient choisir et décider de leurs rapports sexuels, elles pourraient immédiatement endiguer la pandémie. Et les hommes qui épaulent et responsabilisent les femmes sont des partenaires cruciaux.

La moitié de tous les nouveaux séropositifs sont des jeunes. Ils sont, dans leur immense majorité, infectés suite à un rapport sexuel. Certains extrémistes prétendent que les jeunes sont plus en sécurité lorsqu’ils sont tenus dans une ignorance complète des choses sexuelles, mais tout indique qu’il faut au contraire leur faire confiance, les informer, et leur donner les moyens de protéger leur vie et leur santé. Le Programme d’action déclare que les jeunes doivent disposer de l’information et des services dont ils ont besoin, au moment où ils se préparent à endosser des responsabilités d’adulte. Ceci devrait être un objectif universel.

Le principal avantage du consensus du Caire est son caractère pratique. Il est né de la propre expérience des pays – et dix années de mise en application du Programme d’action n’ont fait que confirmer sa pertinence. Au cours des douze derniers mois, les conférences régionales organisées en Asie et en Amérique latine ont résisté aux pressions extrémistes et confirmé leur engagement vis-à-vis du Consensus. Le Programme d’action du Caire est la feuille de route de l’égalité des sexes, de l’amélioration de la santé reproductive et d’une croissance équilibrée de la population au cours du 21e siècle


La Dra Nafis Sadik est l’Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour le VIH/sida en Asie, ancienne Directrice exécutive du FNUAP et Secrétaire générale de La Conférence internationale sur la population et le développement. Elle siège au Conseil d’administration de la Fondation des Nations Unies.

Photo : Bishwa R.Shakya/PNUE/Topham


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Toepfer | Il reste du chemin à parcourir | Un consensus pratique | L’autonomisation des femmes | Des stratégies également efficaces | Personnalités de premier plan | Tranquillité d’esprit | Les jeunes filles sont l’avenir | L’énergie au service du changement | En bref : Les femmes, la santé et l’environnement | Aishwarya Rai | Une opportunité sans précédent | Publications et produits | Un héritage chimique | Une invasion toxique | Autonomisation d’abord | Des citoyennes engagées | Une perspective féminine | Après tout, « nature » est un mot féminin... | Une voix unique

 
Articles complémentaires:
Culture, values and the environment 1996
La pauvreté, la santé et l’environnement, 2001
Eau, assainissement et humanité, 2003


AAAS Atlas of Population and Environment:
Population and natural resources