Petit et
efficace




C’est à la mode, à la musique, à l’informatique et au sport que les jeunes s’intéressent le plus. Mais nous devons aussi nous informer de l’état de l’environnement et commencer à réfléchir à des solutions.

Contrairement aux adultes, nous ne pouvons pas entreprendre de grandes actions en faveur de l’environnement, mais il ne faut pas croire que les petites choses ne comptent pas. Comme dit le proverbe : « les petits ruisseaux font les grandes rivières ». Grâce à de petites actions apparemment insignifiantes, nous pourrons faire naître de grands changements.

Dans notre vie quotidienne, l’environnement créé par les humains compte autant que l’environnement naturel, mais si nous n’y prenons pas garde, le premier détruira le second.

Cela fait déjà longtemps que nous avons commencé à détruire l’environnement naturel de la terre, mais cela fait peu de temps que nous en sommes conscients. Nous savons aujourd’hui que certaines pratiques sont particulièrement dangereuses – comme le déboisement, par exemple. Le Japon subit chaque année de nombreux typhons et tremblements de terre. Autrefois, les forêts nous protégeaient des effets de ces catastrophes naturelles, en empêchant l’érosion qui favorise les glissements de terrain. Et c’est également l’environnement humain qui est à l’origine du réchauffement mondial et de la pollution de l’air.

Gaspillage insensé
L’environnement humain, c’est nous qui le créons. Au Japon, les distributeurs automatiques de boissons sont omniprésents. Où que l’on se trouve, on a toujours la possibilité d’acheter une boisson, qui peut être chaude ou froide. Nous avons recherché la facilité, nous l’avons trouvée et nous en voulons toujours plus.

Résultat ? Un gaspillage d’énergie et des montagnes de boîtes ! c’est l’environnement naturel qui devrait être en tête de nos priorités.

Lorsque nous détruisons l’environnement, il met des milliers d’années à s’en remettre. Nous devons donc le respecter et vivre en harmonie avec la nature. Il faut trouver le bon équilibre entre la facilité et la destruction environnementale.

Nous pouvons contribuer à la santé de l’environnement de très nombreuses manières. Voici trois actions à la portée de tous : « Economiser l’énergie, économiser l’eau et recycler ! »

Les enfants se mobilisent
L’été prochain, le Sommet mondial des enfants sur l’environnement organisé par le PNUE se tiendra au Japon, durant l’exposition mondiale Aichi, du 26 au 29 juillet 2005. Le conseil d’administration du sommet a décidé qu’il mettrait l’accent sur l’eau, le recyclage, les forêts et l’énergie. Un millier d’enfants et d’adultes venus du monde entier se réuniront pour partager cette expérience et penser à l’environnement. Cet événement d’une portée considérable pour l’environnement est mis en place par des enfants. n’est-ce pas formidable ?



Shoko Takahashi (13 ans) et Ryota Sakamoto (14 ans) sont membres du conseil du Sommet mondial des enfants sur l’environnement.

Photo : Lu Ning/PNUE/Topham


Ce numéro:
Sommaire | Editorial K. Toepfer | Renforcement de la suprématie du droit | Des partenaires du droit | La justice manque parfois de vision | La force de la loi | Une question de jugement | Un droit de l’énergie | Personalités de premier plan | Etat de droit ou loi de la jungle ? | En bref : l’Etat de droit | Sebastião Salgado | L’environnement et la souveraineté | Une seule planète, des mondes différents | La sagesse de la Nature | La corruption n’est pas inéluctable | Conflits et coopération | Un point de repère général | Pour autonomiser les pauvres | Le climat juridique | Petit et efficace | L’élaboration d’un cadre


Articles complémentaires:
Culture, values and the environment 1996
The Way Ahead 1997
Sommet mondial sur le développement durable 2002
Beyond 2000 2000
La pauvreté, la santé et l’environnement 2001
L’énergie 2003