Chaque matin, des avions cargos emplis d'œillets et de roses quittent Nairobi pour atterrir à Amsterdam où ces plantes seront vendues sur le plus grand marché de fleurs du monde. Les 21 millions de fleurs partiront ensuite pour des destinations aussi diverses que Londres, Moscou, Beijing et San Francisco.

Les fleurs, les produits alimentaires et les boissons - viande, légumes et même vins - sont expédiés chaque jour aux quatre coins du monde, dans des quantités totalement inimaginables il y a encore cinquante ans. Des milliards de pauvres n'ont à manger que ce qui est produit localement mais les consommateurs relativement aisés peuvent acheter toute l'année des produits saisonniers comme les fraises, les tomates et les petits pois. Raisin d'Afrique du Sud, agneau australien, bananes du Guatemala et bœuf argentin se retrouvent quasi quotidiennement sur les étals de nos supermarchés et dans nos assiettes, accompagnés de pommes du Chili et de haricots du Maroc.

Le transport est plus rapide et plus fiable qu'autrefois. Mais il est aussi subventionné par l'absence de taxes sur les carburants utilisés par la marine marchande et les compagnies de fret aérien. Le prix que nous payons pour la plupart des aliments du commerce ne prend pas en compte les coûts environnementaux de la pollution - notamment les gaz à effet de serre responsables du réchauffement mondial.

La Mongolie compte 25 millions d'animaux producteurs de lait. Pourtant, les magasins où se fournissent les plus riches vendent surtout du beurre allemand. La Grande-Bretagne importe 430 000 tonnes de beurre en provenance d'autres pays de l'Union européenne. Dans le même temps, elle en exporte environ 470 000 tonnes vers ces mêmes pays.

L'UE importe 72 % de toutes les pommes vendues sur le marché mondial mais ses supermarchés n'en proposent généralement que quatre ou cinq variétés. Pourtant, il existe plus de 2 300 variétés différentes dans la région.

 

Une étude portant sur un repas dominical traditionnel de la région de Leicester en Angleterre a montré que le bœuf servi à table avait parcouru 21 462 km (Australie), les pommes de terre 2 447 km (Italie), les carottes 9 620 km (Afrique du Sud), les haricots 9 532 km (Thaïlande), etc. Bref, tous les mets consommés ce jour-là avaient effectué un total de 73 448 km. Chaque continent était représenté sur la table, et pourtant tous ces aliments auraient pu être produits et achetés à Leicester.

Les gens commencent à s'interroger sur la logique de telles pratiques. Nous pourrions vivre tout aussi bien et de manière tout aussi intéressante en utilisant des produits plus proches de nous. Des campagnes nous incitent désormais à acheter des produits de notre région : le Gouverneur Arnold Schwarzenegger invite ses administrés « à être Californiens et à acheter des aliments produits en Californie ». Il existe une campagne similaire en Afrique du Sud, suggérant aux consommateurs d'acheter des produits qui sont « fiers d'être Sud-africains ». Et partout en Europe et aux Etats-Unis, on assiste au retour des marchés de producteurs locaux. Le retour à une consommation locale signale la renaissance de la fierté régionale et des racines culturelles. C'est aussi une bonne pratique environnementale en plein essor.

Quand tu achètes des aliments produits localement, tu rends service à ta région et tu participes au rétablissement des liens entre les consommateurs, la terre et le cycle des saisons. En cuisinant des ingrédients frais - comme le préconise le mouvement italien en faveur d'une cuisson lente - tu favorises « le goût, la tradition et les honnêtes plaisirs de la table ».

Il existe un ancien slogan environnemental : « Penser mondialement, agir localement ». Peut-être est-il temps de le compléter ainsi : « Penser mondialement, manger localement ».

 
         
         
  << Dernier : Prenons modèle sur la mode  
Prochain : « Un café juste » >>
 
   
  Liens relatifs :
Version PDF
         

  Faisons partie de la solution The Stack L'arbre ne cache plus la forêt Le bambou Tunza répond à vos questions Une seule et unique planète
  Essaie de marcher sur la pointe des pieds ! eXplore, eXcite, eXerce Pour en savoir plus… Juste une question… C'est la fête… A fond la gomme !
  On s'informe ! Comment vit-on sur ta planète ? Des CD PC ? OK ! Wildlife Works Tous ensemble Une réponse verte
Prenons modèle sur la mode Pensons mondial « Un café juste » Ça pousse ! L'amour de la nature est plus fort que tout Des ambassadeurs pleins d'idées
  Des débuts prometteurs 7 merveilles Au sujet de Tunza Tunza English Version Versión española