Par Pablo Fernandez

 


photo: Pablo Fernandez

Les citadins produisent chaque jour des quantités impressionnantes de déchets qui sont ramassés par les municipalités - dans le meilleur des cas - avant d'être traités. Dans de nombreux pays, les ordures sont déversées dans des sites d'enfouissement ou dans des décharges sauvages avant d'être recouvertes de terre. Dans ces conditions, lorsque les déchets se décomposent, les moisissures et les bactéries produisent du méthane, gaz qui accélère le réchauffement mondial.

Je travaille pour le projet NovaGerar à Rio de Janeiro : nous captons le méthane avant qu'il ne s'échappe du sol et nous l'utilisons pour alimenter un générateur. Lancé en 2003, ce projet lutte contre le changement climatique, mais il permet également de produire de la chaleur et de l'électricité pour la ville. Le générateur est situé près du centre urbain, ce qui réduit les pertes liées au transport de l'électricité tout en augmentant les quantités d'énergie autoproduites par la ville. Enfin, nous produisons de l'énergie à partir de ressources qui étaient auparavant considérées comme des déchets et inutilisées.

NovaGerar est une des premières entreprises du monde à avoir favorisé le développement durable dans les pays en développement dans le cadre du Protocole de Kyoto - accord international visant à atténuer le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre - qui est entré en vigueur le 16 février 2005. Cet accord mettait en place le Mécanisme de développement non polluant, mécanisme économique souple qui incite les pays industrialisés à investir dans des projets réduisant les émissions de gaz à effet de serre dans le monde en développement, et à comptabiliser les économies réalisées sous forme de
« crédits de carbone ». Le protocole permet aux pays industrialisés d'atteindre leurs cibles de réduction des émissions sans supporter de coûteux remaniements de leurs infrastructures, tout en aidant les pays en développement à introduire des technologies vertes.

Notre projet, qui procure des crédits de carbone au gouvernement néerlandais, devrait réduire les émissions de gaz à effet de serre, à hauteur de 12 millions de tonnes de dioxyde de carbone sur 21 ans - l'équivalent de la disparition de 150 000 voitures (effectuant chacune 15 000 kilomètres) pendant un an. Et à partir de 2006, nous produirons également 12 mégawatts d'électricité, c'est-à-dire suffisamment pour couvrir les besoins quotidiens de 100 000 citadins.

Pablo Fernandez est un des jeunes Ambassadeurs pour l'environnement Bayer pour l'année 2004.

 


photo : Tiyawatchalapong/PNUE/Topham


photos : NovaGerar Database

 
         
  << Dernier : Tunza répond à vos questions  
Prochain : Supersize me ! >>
 
         
  Liens relatifs:
World Environment Day Version PDF
         

  Préparons une planète urbaine Les éléments essentiels Avec vue sur l'avenir Vivre en ville, mais à quel prix ! L'essai Tunza Tunza répond à vos questions
Des déchets utiles Supersize me ! Le Kaiser vert Des villes plus grandes et plus vertes ? Déchets : les solutions existent La vie dans une déchetterie
  Insolite mais solide Le sport au service de l'environnement L'exode rural de la faune Quand une friche devient réserve Des jardins suspendus 7 merveilles des villes
      Au sujet de Tunza Tunza English version Versión española