lus que tous les autres peuples - à l'exception peut-être des Inuits de l'Arctique - les populations du désert maîtrisent parfaitement la vie en milieu hostile. Et elles ont appris à vivre en harmonie avec leur environnement.

Souvent qualifiés de « primitifs » par les populations aisées et « modernes », les peuples du désert ont beaucoup à enseigner à leurs contemporains. Et à l'heure où notre planète subit des pressions toujours plus fortes, leurs leçons se feront plus pressantes et plus importantes.

Les Bédouins du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, par exemple, se déplacent d'oasis en oasis pour paître leurs troupeaux, permettant ainsi à chaque pâture de se régénérer. Ils utilisent aussi leur excellente connaissance de la météorologie pour se rendre dans les endroits où il vient de pleuvoir. Leurs animaux leur fournissent des aliments, des vêtements et même des abris - leurs tentes imperméables sont tissées à partir de poils de chèvre. Leur tenue traditionnelle - qui se compose généralement d'une longue tunique blanche, d'un manteau sans manches et d'un turban - protège leur peau du soleil tout en empêchant la déshydratation liée à la sueur.

De même, en plein cœur de l'Australie, les aborigènes sont de véritables experts de la survie en milieu désertique. Ils connaissent les racines et les arbres qui contiennent de l'eau, ils savent recueillir la rosée, et ils se désaltèrent même grâce à des grenouilles qui retiennent l'eau. Ils sont par ailleurs capables de chasser en suivant les pistes les plus floues, en imitant les mouvements des animaux et en se camouflant. Les Bushmen du désert de Kalahari - qui se nourrissent principalement de fruits, de noix et de racines - trouvent l'eau nécessaire à leur survie dans des troncs et des plantes. A l'autre bout du monde, les Hopi du sud-ouest des Etats-Unis vivent dans des habitations fraîches et durables, spécialement construites à partir de pierres et de briques de terre séchées au soleil.

Malheureusement, ces peuples du désert sont de plus en plus menacés : la « civilisation » empiète sur leurs terres, et le développement et les modes de vie modernes prennent le pas sur les cultures traditionnelles. Nous risquons de perdre leurs précieuses connaissances avant même d'avoir pu en profiter.

 
  Photos: PNUE Collection
  << Dernier : Un système circulaire  

Prochain : La musique... des espaces vides >>

 
         
  Liens relatifs :
National Geographic Koori Dreamtime Hopi National Geographic News Version PDF
         

  Editorial Sauvons notre sol Gagner du terrain L’année du changement La joie du désert La diversité du désert
Tunza répond à
tes questions

L’arganier – arbre
de vie

Moins d’eau chaque
jour
L’eau virtuelle – une réalité Mobilise-toi ! L’oryx ne disparaîtra pas !
  De l’eau pour les
terres assoiffées
La vie en milieu hostile La musique des
espaces vides
Sécheresses dans les
régions les plus sèches
Les sables mouvants Encore de la diversité
du désert
7 régions, 7 déserts Au sujet de Tunza Tunza English version Versión española