Il n'est pas toujours facile de
comprendre les liens et les impacts
réciproques existant entre le
réchauffement mondial et la
désertification.

     

l est probable que la civilisation humaine doit beaucoup aux interactions entre le changement climatique et la désertification. Certains experts sont convaincus que les cultures anciennes d'Egypte et de Mésopotamie commencèrent lorsque la péninsule Arabe et le Sahara se transformèrent rapidement en désert, obligeant les habitants à s'installer le long du Nil, du Tigre et de l'Euphrate. On pense que la désertification résultait à l'époque d'une série complexe de changements provoqués par l'inclinaison et l'orbite de la Terre.

Ce qui se passe aujourd'hui est moins spectaculaire. Mais le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat considère que « le changement climatique et la désertification sont inextricablement liés ». Reste que, bien que nous sachions qu'il existe des liens entre ces deux problèmes, nous connaissons mal ces liens. Ce qui est certain, c'est qu'ils sont complexes et subtils.

Tout le monde s'attend à ce que le réchauffement mondial provoque davantage de sécheresses dans les régions les plus arides, mais elles seules ne causent pas la désertification. Ce sont la surexploitation des terres et le déboisement qui en sont les causes principales. Cependant, le manque de pluie peut déclencher le phénomène de désertification. C'est ce qui se passe depuis quelques décennies au Sahel, en Afrique, où la pluviosité a baissé de 40 % et où les terres se sont fortement dégradées. Les climatologues associent le temps plus sec au réchauffement mondial, et les projections indiquent qu'il est possible que la pluviosité diminue dans les mêmes proportions en Afrique du Nord et dans le sud de l'Espagne.

Le lien fonctionne également en sens inverse, et la désertification peut participer à la modification du climat. Au fur et à mesure que l'herbe et la végétation disparaissent, le sol s'assèche, ce qui peut faire monter la température ambiante. Et surtout, la végétation est une des principales protections contre le changement climatique, puisque lorsqu'elles poussent, les plantes absorbent du dioxyde de carbone
- gaz principal responsable du réchauffement mondial. Rappelons cependant que si ce gaz est de plus en plus présent dans l'atmosphère, c'est parce que nous brûlons du charbon, du gaz et du pétrole, et que nous déboisons et brûlons les forêts.

Le problème n'est pas simple. Comme son nom l'indique, le réchauffement mondial concerne l'ensemble de la planète. La désertification, elle, est une série de processus locaux. Mais lorsque ces deux problèmes s'associent, ils font des dégâts considérables au sein des populations et des sociétés - indépendamment de ce qui a pu se produire il y a des milliers d'années.

K. Lane/PNUE/Topham
  << Dernier : La musique... des espaces vides  
Prochain : Les sables mouvants >>
 
         
  Liens relatifs :
UEA IPCC Version PDF
         

  Editorial Sauvons notre sol Gagner du terrain L’année du changement La joie du désert La diversité du désert
Tunza répond à
tes questions

L’arganier – arbre
de vie

Moins d’eau chaque
jour
L’eau virtuelle – une réalité Mobilise-toi ! L’oryx ne disparaîtra pas !
  De l’eau pour les
terres assoiffées
La vie en milieu hostile La musique des
espaces vides
Sécheresses dans les
régions les plus sèches
Les sables mouvants Encore de la diversité
du désert
7 régions, 7 déserts Au sujet de Tunza Tunza English version Versión española