Dibartolo/PNUE/Topham
 

Fritz Polking/Still Pictures
C'était autrefois un récif océanique ; aujourd'hui, les monts de Guadaloupe s'élèvent dans le désert de Chihuahua. La chaîne de grès témoigne de l'existence d'une mer intérieure il y a 240 à 280 millions d'années. Le récif est resté enseveli pendant des dizaines de millions d'années avant de percer suite au mouvement de l'écorce terrestre. Durant son ascension, l'acide sulfurique contenu dans la nappe a dissous le calcaire en partant de la base, créant ainsi des grottes parmi les plus longues du monde. Les scientifiques pensent que ces grottes - résidence d'été de la chauve-souris à queue libre mexicaine - contiennent des micro-organismes aux propriétés médicinales.
 
 
Pendant la plus grande partie de l'année, le Rann de Kutch est une plaine désertique, brûlante et inhospitalière. Pourtant, quatre mois durant, cette partie du désert du Thar - qui couvre plus de 20 000 kilomètres carrés de la côte de la mer d'Arabie le long de la frontière indopakistanaise est inondée sur une hauteur d'un mètre environ, grâce aux pluies de la mousson d'été et à l'eau de mer apportée par le vent et les marées. A cette époque de l'année, la région attire une faune très nombreuse. Elle constitue un habitat important pour plus de 200 espèces d'oiseaux, notamment lors des migrations de flamants roses et de flamants nains, et pour 50 espèces de mammifères, comme l'âne sauvage d'Inde, le dernier en Asie, qui est menacé d'extinction.

Ashok Jain/naturepl.com

Klein/Still Pictures
Rares sont les créatures qui portent un nom peu flatteur dans une langue moderne et dans une langue morte, comme c'est le cas pour le diable épineux. Son nom latin, Moloch horridus, évoque un horrible roi ou dieu, mais son allure de dragon est contrebalancée par sa taille - une quinzaine de centimètres de long - et son comportement. Il ne s'attaque qu'aux fourmis, qu'il avale une par une au rythme de 45 par minute. Il s'est bien adapté aux conditions désertiques : sa peau est striée de milliers de minuscules rainures, qui captent la rosée et la pluie et acheminent l'humidité jusqu'aux coins de sa bouche.

 

 

 

 


 
Rares sont les endroits aussi peu susceptibles de supporter la vie : cela fait 25 millions d'années que le lac Vostok est enseveli sous 4 kilomètres de glace à l'endroit le plus froid de l'immensité blanche et désertique de l'Antarctique. Ses dimensions sont comparables à celles du lac Ontario, ce qui en fait une des plus grandes étendues d'eau douce du monde. S'il ne gèle pas, c'est sans doute grâce à la géothermie. Les scientifiques sont convaincus que des micro-organismes vieux de 500 000 à 1 million d'années, datant de l'époque à laquelle le climat du continent gelé était tempéré, vivent peut-être encore dans ses eaux. Leur étude pourrait permettre de mieux comprendre l'évolution de la vie sur Terre.

V. Chistyakov/TopFoto

 

Martin Harvey/Still Pictures
Quand on pense au Sahara, le crocodile n'est pas le premier animal qui vient à l'esprit. Pourtant, intéressée par les récits de certains Mauritaniens, Tara Shine, étudiante à l'Université de l'Ulster, a découvert qu'il existait bien des crocodiles dans une zone aride de Mauritanie. Comme il peut ne pas pleuvoir pendant huit mois, les crocodiles survivent en rampant dans des terriers et dans des grottes. Ils entrent alors dans un état dormant appelé estivation - l'équivalent, dans les pays chauds, d'une hibernation - jusqu'à ce que la pluie crée pour eux des terres humides. Les scientifiques pensent qu'ils sont un vestige de l'époque où le Sahara était plus vert et plus humide, il y a des milliers d'années.
         
 
En plein cœur du désert jordanien, l'antique cité de Petra a été sculptée à même la roche. Les Nabatéens, un des peuples les plus civilisés de l'antiquité, taillèrent à la main les falaises de grès pour y créer des logements, des salles de banquets et de magnifiques temples. Ils exploitèrent des sources naturelles pour cultiver la terre, créèrent des jardins luxuriants et rendirent la vie possible à cet endroit pour 20 000 personnes. Un jour pourtant, les routes commerciales qui alimentaient la ville changèrent, et Petra fut désertée et oubliée. Au début du 19e siècle, elle fut redécouverte par l'explorateur suisse Johann Ludwig Burckhardt, qui fut le premier étranger à y pénétrer en 500 ans.

Ullstein-Klar/Still Pictures

 

 

N. Vignola/PNUE/Topham
A l'endroit où le désert le plus sec du monde rejoint la plus longue chaîne de montagnes se trouve le plus extraordinaire endroit de la Terre. Coincée entre le désert d'Atacama et des sommets andins culminant à 6 000 mètres, la Vallée de la Lune fait immanquablement penser à un paysage lunaire. Créé il y a 22 millions d'années par le plissement de l'écorce terrestre, l'endroit est sans aucune vie, et si aride que même les insectes ne peuvent y vivre. D'anciens volcans ont déposé des roches et des cendres sur les plis, et le vent a taillé les roches sédimentaires - qui contiennent du sel, du gypse, du chlore, du borate et de l'argile - en d'étranges sculptures noueuses et tortueuses, en petites collines pointues et en immenses dunes.

 

 
         
  << Dernier : La diversité du désert  
Prochain : Ne désertez pas les zones arides ! >>
 
         
  Liens relatifs :
King Hussein Petra Petra National Parks WWF BBC - Thorny Devil National Geographic - Antartic Lakes BBC News San Pedro de Atacama BBC News National Geographic - Crocodile Version PDF
         

  Editorial Sauvons notre sol Gagner du terrain L’année du changement La joie du désert La diversité du désert
Tunza répond à
tes questions

L’arganier – arbre
de vie

Moins d’eau chaque
jour
L’eau virtuelle – une réalité Mobilise-toi ! L’oryx ne disparaîtra pas !
  De l’eau pour les
terres assoiffées
La vie en milieu hostile La musique des
espaces vides
Sécheresses dans les
régions les plus sèches
Les sables mouvants Encore de la diversité
du désert
7 régions, 7 déserts Au sujet de Tunza Tunza English version Versión española